Du 2 juillet au 8 octobre 2022

Ouvert 7 jours sur 7 de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30
En septembre & octobre: ouverture du mardi au samedi de 14h à 18h
ainsi que les jeudis & samedis de 10h à 12h30. Fermé les jours fériés.
Vernissage le vendredi 1er juillet à 18h en présence de l’artiste
 

Une rétrospective où les œuvres de Josiane Guitard Leroux, mises en relation avec les articles
de son « Abécéd’hair passionné des cheveux« , proposent un voyage créatif en pays capillaire…

Cette exposition propose un VOYAGE EN TRIKHOLAND, territoire à découvrir, où les œuvres sont mises en relation avec les articles de de son « Abécéd’hair passionné des cheveux« 
L’artiste vous invite à partager cette expérience en consultant le livret mis à votre disposition à l’accueil.

Josiane Guitard-leroux est une plasticienne trikhoteuse amoureuse des mots, des mythes et des histoires. Elle se sert de son propre cheveu comme matériau pour réaliser des œuvres d’art. Fascinée par ce médium étrange et exigeant elle se consacre depuis 1996 à en dévoiler les possibilités plastiques.
Récoltés quotidiennement lors de leur chute naturelle et occasionnellement lors de leur coupe, ses cheveux sont triés par couleur et par longueur et travaillés selon différentes techniques : ils sont fixés sur papier, crochetés en frêles réseaux, assemblés en sculptures mouvantes, noués et cousus sur toile ou encore brodés sur de la tarlatane.
Autant de mises en formes rendues possibles par les caractéristiques du matériau employé : d’une extrême finesse, le cheveu est en effet malléable et résistant.
Chaque œuvre est ainsi le fruit d’une lente et minutieuse élaboration.
Josiane Guitard-leroux réalise souvent ses œuvres en série, à partir du chiffre trois et de ses multiples, mais aussi des performances et des installations dialoguant avec le public dans lesquelles elle propose un don de cheveux, des livres d’artistes et un « Abécéd’hair passionné des cheveux » qu’elle enrichit constamment.
Sans croquis préalable, elle se lance à l’aventure et se laisse guider par son médium. Elle associe ses phanères à des supports ou des matériaux qui ont une histoire, un passé.
Ses œuvres donnent à voir ce que l’on ne regarde d’ordinaire pas et offrent une seconde vie à des cheveux qui se font désormais la trace, le vestige du vécu. En utilisant de manière détournée cette matière organique, l’artiste mène une réflexion autant artistique que philosophique sur le temps, la mémoire, la perte et la mort.

 

 

 
 

Du 2 juillet au 8 octobre 2022

Chapelle des Ursulines,
Place des patriotes
Lannion 22300.