Sélectionner une page

Angélique Lefevre

ANGELIQUE LEFEVRE

ANGELIQUE LEFEVRE

Vit et travaille à Paris (75)

FRANCE

E-mail
angelique.lefevre@wanadoo.fr

Site web
www.angeliquesculpture.com

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2014

Prieuré Saint Vincent – Chartres (77)

2011

Galerie du centre culturel du Lucernaire – Paris

2010

Galerie Charly Bailly – Genève – SUI

2009

Avant Minuit – Paris

2006

Centre culturel LaChesnay – Beauchamp (95)

2004

Galerie Alain Blondel – Paris

2001

Galerie Seine 5 – Paris

2000

SEMA – viaduc des arts – Paris

1997

Villa Médicis – Musée de Saint-Maur des Fossés / La Varenne Saint Hilaire (94)

Galerie Mann – Paris

 

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2017

Petit panorama de l’art textile – Collectif Fiber Art Fever ! – La Ferme d’en Haut – Villeneuve d’Ascq (59)

2016

Avec et sans S’stresses – Commissaire d’exposition Yves Sabourin -Musée de Bourgoin-Jallieu (38)

Lady Dior in organdie – Boutique Dior – Düsseldorf – DE

Etoile filante – Plaza Athénée – Maison Parissienne – Paris

Still life-Style Of life – Carte blanche à Jean Marie Oger – 24 rue Beaubourg – Paris

F.A.I.R.E.S – Commissaire d’exposition Yves Sabourin – Centre d’art contemporain le 116 – Montreuil (93)

2015

Présentation buste Jean Paul Gaultier – Vente Sotheby’s de Didier Ludot – Paris

Sculpture de CRS – Mairie du 13em – Paris

2014

F(R)ICTION – Espace d’art contemporain Eugène Beaudoin – Antony (92)

Objet d’exception – Comité Montaigne – Plaza Athénée, Paris

Une enfance de l’art – Pierresvives – Montpellier (34)

Sculpture de CRS – Mairie du 14em – Paris

Eclat d’âme – Ancienne Nonciature – Maison parisienne – Bruxelles – BE

 

 

COMMANDITAIRES

2012, 2008, 2006, 2004, 2002, 1998

Hermès

2009, 2006 

Van Cleef & Arpels

2010

Dior

2000

Patek Philippe

2004

Sisley

 

 

RÉCOMPENSES

1997

Prix du viaduc d’or

 

 

COLLECTION PUBLIQUE

2007

Frac Haute Normandie

 

 

PRESSE

2016

Le Parisien Magazine – Week-end/expo idéale – Reflet de la vie domestique

Miroir de l’art N°71 – ANGELIQUE Le réel transfiguré (4 pages)

2015

Catalogue exposition « F.A.I.R.E.S. »  – Centre d’art contemporain le 116 – Montreuil (93)

Vivre – Côté Paris – En toute transparence(7 pages)

Palace Coste

Jean Paul Gaultier couture 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

2018

ANGELIQUE Futur antérieur – éditions DMC

2015

F.A.I.R.E.S – Catalogue d’exposition – Centre d’art contemporain le 116 – Montreuil (93)

Angélique ou l’apparence éludée

Le domaine d’exploration et d’intervention d ‘Angélique Lefevre se situe dans un monde parallèle, une autre dimension, provisoirement inaccessible à nos semelles de plomb.

Faisant la navette entre le ciel et l’asphalte de la jungle urbaine, l’artiste se saisit du voile des apparences et matérialise nos ectoplasmes. Douces apparitions…. Voici, en buste grandeur réelle, un barbare des villes. Mais, transfiguré, il nous apparaît diaphane, translucide…

Le look provocateur du personnage s’est transfiguré en une figure hiératique, au point d’évoquer la sérénité d’un dieu égyptien. A côté, vêtue de son sweat, une jeune rappeuse ou, plutôt, reflétée par la blancheur immaculée de son enveloppe immatérielle, l’image de son âme, pour l’éternité… Et puis, encore, des petites « choses » du quotidien, si triviales qu’on aurait pensé qu’enfin elles nous lâcheraient à l’instant du grand passage ; et bien non, elles sont toujours là… après transmutation. Des hamburgers, des frites et des baskets au milieu des chérubins ! Mais que fait le bon Dieu ? De tous ces objets qui ici-bas, nous alourdissent, Angélique Lefevre ne retient que le fantôme, le pur souvenir. Et non seulement, parvenus à cet état suprême, ils ont perdu leur agressivité, allégés qu’ils sont de leurs couleurs et de leur matérialité, mais miracle, ils sont devenus… importants.

Ils sont devenus importants parce que, aussi dérisoires furent-ils dans le bas monde, leurs photons ayant un jour heurté nos rétines, ils restent, malgré tout, des éléments de la mémoire du monde et que le souvenir, en distillant le réel, transmute toute chose en témoin ; ni beau ni laid : précieux seulement.

Redescendons sur terre et, incrédules, examinons un peu de quoi sont faites ces apparitions. Une matière inouïe leur donne corps, l’organdi, un joli mot qui désigne une mousseline de coton, une trame impalpable, à laquelle un apprêt donne une forme. Et ces formes sont assemblées par des coutures selon des procédés exigeants et mystérieux : le droit-fil, le plein biais. La sculpture est uniquement couture. Le volume ne se gonfle qu’une fois le dernier point noué. Une fine broderie court parfois sur les formes pour marquer un motif. L’esprit d’Angélique chevauchant son aiguille agile (de vingt-sept centièmes de millimètre pour ne pas brutaliser la trame), à chaque point qu’elle fait, s’élève dans l’impalpable et nous y entraîne.