DOMINIQUE TORRENTE

Dominique Torrente

Dominique Torrente

Vit et travaille à Saint Etienne

FRANCE

 

E-mail
torrenteart20@gmail.com

Site web
www.dominiquetorrente.com

 
 

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES (sélection)

2020   
A pied d’œuvre – Mostra – Givors (69) – FR

2019  
Un jour le paysage me traversera* – Biennale d’art contemporain Lyon – Galerie le116art – Villefranche-Sur-Saône (69) – FR  *Pascal Quignard, Terrasse à Rome – Gallimard – 2000

2015 
Formes et identités instables – Galerie le 116 art – Villefranche-sur- Saône (69) – FR
Absorber les vibrations – Groupe d’Art Contemporain (GAC) – Annonay (07) – FR

2014 
Hybrid Lexis – Exposition de fin de résidence – Médiathèque Jules Verne – La Ricamarie (42) -FR

2013  
La mémoire vive, le bel ordinaire – Médiathèque Jules Verne – La Ricamarie (42) – FR

2012  
Sens dessus dessous – Artothèque idéograf – Saint-Étienne (42) – FR

2011  
Lettre Parlêtre – Galerie le 116 art – Villefranche-sur-Saône (69) – FR

2010  
Oscillation des corps – Théâtre de Vanves – Vanves (92) – FR

2009  
La gueuse dans la guipure – Musée des manufactures de la dentelle – Retournac (43) – FR

2008  
À fleur de peau – Invitation d’ Elisabeth Chambon – Musée Géo-Charles – Échirolles (38) – FR

2007  
Made in France – Galerie 29 – Évian-les-Bains (74) – FR

2006  
Carrés de soi – Institut national des sciences appliquées (INSA) – Lyon (69) – FR
Corps à cœur – La remise – Pollionnay (69) – FR

2005  
Le jardin d’Afarude – Exposition de fin de résidence – Collège La Lombardière – Annonay (07) – FR

2004  
De la vulnérabilité des mots – Groupe d’art contemporain (GAC) – Annonay (07) – FR.
Photographies – Galerie Lumière blanche – Saint-Étienne (42) – FR
Installations – Espace Art en Ciel – Andrézieux-Bouthéon (42) – FR

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2019
Où va la neige quand fond le blanc ? – Atelier Estancot – Biennale d’art contemporain Lyon (69) – FR
Art de livres – Estampille – Saint-Etienne (42) – FR
Textile en jeux – Ballade artistique – Journans (01) – FR
Rendez-vous au jardin – Ministère de la Culture – Le jardin de Jocelyne et Victor – Chaponost (69) – FR
Le recueil de l’araignée – Mostra  – Givors (69) – FR    

2018
Tramanda – Fiber Art – Avec la collection Trame d’automne – Chieri – IT
Working Class Hero – Musée Géo–Charles – Echirolles (38) – FR       

2017
Matières vives, Sur le fil – Commissaire Sara Revil – RMACC – Saint- Étienne (42)- FR
Fines particules des ouvrages et autres manœuvres – Atelier 42 – Biennale internationale du design – Saint-Étienne (42) – FR

2016
Cent papiers – Musée Géo-Charles – Échirolles (38) – FR
Sur le fil – Espace Gainville – Aulnay-sous-bois (93) – FR
Avec et sans s’tresse – Musée de Bourgoin-Jallieu – Bourgoin-Jallieu (38) – FR
Les mots pour le dire – Maison de la Francité -BE
Salon du livre d’artiste– Palais des Académies – Bruxelles – BE
Broderie(s) : de la tradition à l’art contemporain – Musée du textile – Panissières (42) – FR

2015 
La raison des formes – Avec Martine Emilie Jolly – Le Polaris – Corbas (69) -FR.
La bibliothèque bleue – Médiathèque Jules Verne – La Ricamarie (42) – FR
J’ai mal, j’ai peur – Galerie Vivo Equidem – Paris (75) -FR
Formules – Galerie Les Limbes – Saint-Étienne (42)- FR

2014 
Occuper le terrain – Musée Géo-Charles – Échirolles (38) – FR
70 combats pour la liberté – Le Radar – Bayeux (14) – FR

2013  
Sans tresse – Maison des tresses et lacets – La Terrasse-sur-Dorlay (42) – FR

2012 
L’étoffe des femmes – Musée de Bourgoin-Jallieu – Bourgoin-Jallieu (38) –
Sacré blanc – Commissaire Yves Sabourin – Musée d’Angers – Angers (49) – FR
Blanche est la couleur – Passage du retz – Paris (75) – FR
Jardiner, avoir une aventure galante – Le jardin de Jocelyne et Victor – Chaponost (69) – FR

2011   
Entr’elles – Avec Martine Schildge – Château de Saint-Privas-d’Allier (43) – FR
Et si la guirlande de Julie était en fleur – Commissaire Yves Sabourin – Château de Rambouillet (78) – FR
16e Biennale de la céramique contemporaine – Châteauroux (36) – FR

2010  
Écriture – Centre culturel ARCADE – Sainte-Colombe-en-Auxois  (21) – FR
Métissages – Commissaire Yves Sabourin – DAP Paris – Bayeux (14) – FR

2009    
Métissages – Commissaire Yves Sabourin – Musée Léon-Dierx – La Réunion – FR
Story of feet – Musée Ayala – Manille – PH
Story of feet -Thailand Creative and Design Center – Bangkok -TH
Story of feet – Sungkok Museum – Séoul – KR

2007    
XV, sport et art contemporain – Musée Géo-Charles – Échirolles (38) -FR

2004    
Souffrance, Soin, Cuture à l’hôpital  / dites 33 –  Projet de Mourad Haraigue – Hôpital psychiatrique de Saint-Jean Bonnefonds (42)- FR

2002    
Le français comme on l’aime – Médiathèque de Valence et Médiathèque de Crest (26) – FR

2000    
Écrits, matières – Espace Liberté – Crest (26) – FR        

1999    
Une image de Saint-Étienne – Le Boterhal – Hoorn – NL

 

 COLLECTIONS PUBLIQUES ( FR)

2019
Artothèque université Jean Monnet – Saint-Etienne

2016 – 2017
Collection médiathèque Jules Vernes – La Ricamarie

2017 – 2008
Musée Géo-Charles – Echirolles

2016
Musée textile de Panissières

2014
Artothèque Le Radar – Bayeux

2012
Musée de Bourgoin Jallieu

2009
Commande du CNAP – Paris

2008
Musée des Manufactures de la dentelle – Retournac

2007
Université Jean Monnet – Artothèque – Saint Etienne

2006
Institut National des Sciences et Techniques – Lyon
Artothèque  La Part Dieu – Lyon
Médiathèque – Crest

 

FORMATIONS (FR)

Ecole des Beaux-Arts – Saint-Etienne
Université Paris 1 Sorbonne – Paris

DOMINIQUE TORRENTE est une artiste française protéiforme. Elle use autant des outils actuels que de pratiques plus anciennes.

C’est dans ce rapport, ce balancement entre des univers, objets en bois et volumes textiles, photographies et dessins, broderies et vidéographies… dans cet entre-deux, que l’artiste arrive à faire surgir cet espace-temps, consistance de son oeuvre. Dans certains travaux, elle introduit l’écrit dans ses peintures brodées. Le mot ouvre un large spectre sémantique, trouve sa place entre lisible et visible, entre lecture et écriture, entre mode perceptif et mode conceptuel.

Les oeuvres récentes déplacent encore les genres, les savoir-faire. Elle travaille par hybridation et « collage » en mêlant culture populaire et culture savante, utilisant les codes de l’histoire de l’art occidental. Un kaléidoscope d’éléments revisités, jouant avec les anachronismes, bousculant les représentations. Une sorte d’esthétique de la pluralité. Son travail sur le langage autant que ses recherches sur les objets « déchus » rejoignent des préoccupations liées à nos mémoires collectives et patrimoniales. Elle utilise des canevas aux motifs figurant la grande peinture, aux points de broderie simplifiés comme des espèces de gros pixels. Elle s’approprie cette matière singulière et colorée qui se rattache à l’univers des femmes, et redonne toute sa valeur et sa saveur à un savoir-faire populaire par des installations surprenantes.

Dominique Torrente a suivi une formation à l’école des Beaux-arts de Saint-Étienne, ainsi qu’à la faculté d’arts plastiques de Paris Sorbonne. Pour cette artiste, trouver un équilibre subtil entre une recherche esthétique et une réalité historique, un contexte social ou une mémoire patrimoniale, c’est concevoir une œuvre en tant qu’élément donnant ouvertement à penser.

Dominique Torrente is a multifaceted French artist. In her work, she appeals to both current and ancient practices. At the crossroads of those two universes – instantiated in wooden objects and sculptures made of fabric, photographs and drawings, embroideries and videos – at that « inbetween » point, the artist manages to reveal a singular space-time, consistency of her work. In some of her artworks, she introduces writing in her embroidered paintings. The word opens thus a broad semantic spectrum, finding its own place between the readable and the visible, the reading and the writing, traveling back and forth between a perceptual and a conceptual approach. Her most recent works continue to push the boundaries of skills and genres. The artist conducts a process of hybridization and collage, blending the “low” and the “high” culture, using the codes of the history of western art. A kaleidoscope of revisited elements playing with anachronisms and shaking up representations. An aesthetic of the plurality. Her work on language, like her research on « fallen »objects, address our collective and patrimonial memories. The artist is also concerned with the posture, the work and the place of women in society and has recently developed an interest in the idea of labor in modern globalized societies.

Dominique Torrente was trained at the School of Fine arts of Saint-Étienne, and at the fine arts department of the University of Paris-Sorbonne. In her view, finding a subtle balance between aesthetic research and historical reality, between social context and patrimonial memory, means to conceive an artwork as openly offering matter to think.