Sélectionner une page

Douce Mirabaud

Vit et travaille en Bretagne à Lorient (56)

FRANCE

E-mail
doucemirabaud@gmail.com

Site web
http://doucemirabaud.blogspot.com/

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2019

Faux semblants – Musée de Cholet (49)

2018

Contextile – Collectif Fiber Art Fever ! – Guimarães – PT

2017

Art et déchirures – Inauguration du Musée d’art singulier – Sotteville-les-Rouen (76)

A corps ouverts – Musée de l’Art Naïf et des Arts Singuliers – Laval (53)

2016

De bric/De broc – Musée d’art naïf et d’arts singuliers – Laval (53)

2015

Alice aux Petits Ménages – Chapelle saint Sauveur – Paris (75)

Considérations – Pukyo Ruiz de Somocurcio – Paris (75)

2012

Halle Saint-Pierre – Paris (75)

2009

46 sous la couverture – Le monte-en-l’air – Paris (75)

 

 

INSTALLATIONS

2019

Lande’s art – Notre dame des landes (44)

2018

Château de cartes – Musée Art et Déchirure d’Art Singulier, Rouen (76)

Nids Autrement – carrière Miser – Nantes (44)

2017

De l’art en ce jardin – Longueville-sur-scie (76)

2016-2017

En partenariat avec le Musée d’art naïf et d’arts singuliers de Laval, le Lycée Douanier-Rousseau et le C2A de Laval, pour la Nuit des Musées 2017

2016

Mont Pothu – Brullioles (69)

2014

Papay Gyro Nights – Papa Westray – Orkney Island – Ecosse – IS

Sprudelwasser – Alsace

2013

Premiers Actes – Alsace

 

 

PUBLICATIONS

2016

Exposition De Bric/Broc au musée d’art Naïf et d’arts singuliers de Laval – Ouest France

BIOGRAPHIE

Est, Ouest, Nord, Sud.
Mes sculptures sont l’équation
du silence, de la patience et de la solitude.

J’ai erré longtemps au cœur des villes.

Le sens est venu après.
Un jour j’ai porté mes errances urbaines vers d’autres bords, d’autres milieux pour découvrir les forêts, les montagnes, les océans.
Ces longues marches se matérialisent au fil de mes récoltes.

Je travaille avec les rebuts de la nature
Il y a des souches, des racines, des algues, du tissu, des métaux, des os, des cheveux…
Puis j’ai centré mes récoltes dans un monde tangible.
Cela a donné naissance à des sculptures.

J’ai alors quitté le spectacle vivant et dans le même temps mes souffrances mentales.
Mes errances et mes récoltes étaient le trésor silencieux d’une guérison.
Je ne l’ai su qu’après, au retour de longues traversées de folie.

Je suis nomade, le monde résonne.
Parfois on m’invite dans des résidences parfois je m’invente mes propres résidences.
Je traverse aussi le paysage en faisant du land art très grand pour épuiser la tâche jusqu’au bout. Pour ces travaux je suis accompagnée, aidée, il m’arrive aussi de réaliser cela toute seule.
La plupart du temps je travaille seule, sans radio sans musique sans rien d’autre que le bruit de mes obsessions.

Ce que je ramasse m’offre une vision.
Puis elle se transforme en inspiration.
Quelque chose se passe à la mesure de mes gestes et du temps, elle bouge, me remue. Je tente alors au mieux d’être à son écoute, d’être dans ces choses à priori mortes au cœur du vivant.