Katia Terpigoreva

Katia Terpigoreva

Katia Terpigoreva

 

Vit et travaille en Aveyron
FRANCE

E-mail
terpigovera@gmail.com

Site web
https://www.katerraart.com/

Née  à Moscou

EXPOSITION PERSONNELLE

2018
Voltige – Centre Culturel Aveyron Ségala Viaur – Rieupeyroux (12)

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2020-2021
L’oubli et l’identité – Exposition internationale – Galerie Pilar Riberaygua – Andorre
Jardin remarquable – Jardins de Quercy –  Verfeil-sur-Seye (82) 

2019
Salon National des Antiquaires – La Rochelle (17)
Galerie d’art Le petit format – Belcastel (12)

2018
Exposition en duo – Manoir de St-Félix – Rodez (12)

2017
Entre nous, entre vous, entrevue –  Centre d’art BBK-Kunstforum – Düsseldorf – DE

2016
Galerie Pont/des/arts 109 – Marcillac-Vallon (12)
Festival Flagn’art – Flagnac (12)
Exposition en duo – Centre d’art  Le Prieuré – Villefranche-de-Rouergue (12)

 

INSTALATIONS & RESIDENCES

2019
Installation, Jardin de La Mothe (Jardin remarquable) – Salles-Courbatiers (12) 

2017
Résidence artistique en l’atelier L’Écloserie – La Flotte En Ré (17)

 

EXPERIENCES AUTRES

2015 – 2020
Journaliste, critique de design et d’architecture dans les revues spécialisée de Moscou :  The New Times, Salon Interior,  Abitant

 

FORMATION

2016 – 2017
Formation professionnelle en céramique
Atelier de formateur agréé Thierry Breuvart (Aveyron)

1999 – 2004       
Université d’Etat de Moscou
Licence arts plastiques (bac+3), Master d’Histoire de l’Art

 

CONCOURS

2020
Lauréate de Concours Internationale d’Art Andorre – Thème L’oubli et l’identité

 

 

Plasticienne moscovite, journaliste, critique de design et d’architecture, Katia Terpigoreva s’est installée en Occitanie (France) en 2010.

Elle conçoit des volumes et des reliefs épurés et contemplatifs, qui s’inspirent à la fois de l’art des civilisations primitives, de l’esthétique du minimalisme et de la création architecturale contemporaine. Parfois elle privilégie également des géométries fantaisistes et radicales dans l’esprit de l’anti-design italien des années 1960, qu’elle aime particulièrement.                                                                       

Katia travaille avec le tissu plié – des bandes de tissu, pliées et serrées étroitement puis fixées par des épingles en acier. Certaines pièces sont magnifiées avec de la porcelaine, de la fibre végétale ou du bois carbonisé. La dramaturgie de chacune de ses œuvres sculpturales participe toujours à l’harmonie et l’équilibre sensuel qui s’instaurent entre la forme, la texture, le jeu du clair-obscur et les éléments graphiques.  

« L’artiste compose, guide et se laisse guider en accompagnant de ses mains les matériaux et les textures. Elle ne force ni ne tord. Son désir de création allie ses connaissances sur les origines de l’humanité, sa culture de l’art contemporain, son goût pour la nature et la contemplation. Chaque sculpture a une histoire, une source d’inspiration particulière, des édifices religieux de Mésopotamie aux paysages et ambiances de silence… « pour toucher le sujet ». … Ces séries reflètent une introspection féminine subtile, cette si belle façon d’être reliée au monde dans son infini, tout en restant attentive et émerveillée par les petits détails qui rendent la vie précieuse».

Christine Pradal